Rechercher dans ce blog

dimanche 13 septembre 2015

Les Terres Interdites de Jean-Sébastien Guillermou, tome 1 des Pirates de l'Escroc-griffe



titre : Les terres interdites, tome 1 des Pirates de l’Escroc-griffe
auteur : Jean-Sébastien Guillermou
éditeur : Bragelonne
nombre de pages : 464
4ème de couverture :
Lorsque Caboche, après s’être enfui de l’orphelinat militaire, part à la recherche de son père, il ne s’attendait certainement pas à rencontrer la compagnie de L’Escroc-Griffe et encore moins à monter à bord de leur bateau ! Connu pour n’avoir jamais réussi un abordage, l’équipage de Bretelle, vieux capitaine désabusé, ressemble plus à la troupe d’un cirque qu’à une bande de pirates. Mais Caboche va les entraîner dans un voyage rocambolesque sur les Mers Turquoises, à la recherche d’un trésor mythique. Une quête dangereuse puisqu’ils sont pourchassés par l’invincible et immortel Amiral-Fantôme, et qui les mènera jusqu'aux confins du Monde-Fleur, aux abords des mystérieuses Terres Interdites...

A lire absolument si on aime :
L’Aventure !
Les héros positifs
La fantasy originale
A éviter si on cherche :
Une saga classique avec des magiciens, etc

L’avis du critique :
Dans ce premier tome de trilogie, Jean-Sébastien Guillermou nous présente un univers bigarré et plein de fantaisie. Le Monde-Fleur, ses mers Turquoise, les Terres Interdites, Sol Ménie, tous ces lieux mystérieux forment le décor des aventures du capitaine Bretelle et de son extraordinaire équipage de pirates. J’ai passé de très bons moments avec cette bande hétéroclite, Chef Plumeau, Biceps, Doc, Goowan, Obus et Tic-Tac, avec leurs manies, leurs bizarreries, et cette solidarité sans faille qui les unit. C’est une troupe pleine d’optimisme qui s’attaque à la quête d’un trésor : les mythiques Cylindres Chénis, réputés dotés de pouvoirs immenses et qui doivent valoir un bon paquet au marché noir.
Vient se joindre à l'équipage Caboche, un jeune garçon aux intentions pures : retrouver son père, disparu depuis des années dans sa quête d’un lieu à l’abri des Rois-Tyrans, Libertalia.
Bien sûr, il faut évoquer l’Escroc-griffe, le brick-goélette qui donne son nom au roman. Lui aussi est extraordinaire, doté d’un bouclier magique offert par les Kazarsses, le peuple de Goowan. On sent que l’auteur s’est régalé à décrire le navire et les manœuvres, sans en faire trop non plus dans la technique maritime, mais suffisamment pour qu’on sente les embruns et le vent du large.
L’univers du roman est original et poétique : un monde Fleur dont les pétales se referment chaque nuit, ça me fait rêver… Un terrible Maëlstrom, entité surpuissante vient ternir le tableau, ainsi que les nombreux antagonistes qui veulent faire échouer la quête des pirates voire même les exterminer jusqu’au dernier.
Et l’histoire ? Eh bien, c’est bien simple, ça n’arrête pas. Je crois qu’on a une surprise par (court) chapitre, on a des tas d’évènements, parfois tragiques, parfois drôles, des attaques, des blessés, des évasions, des traîtres, des affreux, et aussi, de la tendresse, de la loyauté, de l’amitié, de la beauté, comme par exemple Diamant-Vert. On ne s’ennuie pas, c’est sûr, même si un chouïa plus de descriptions aurait complètement satisfait la rêveuse que je suis.
Mais qu’on ne s’y trompe pas. Si l’univers parait drôle au début de l’histoire (particulièrement grâce aux noms des personnages, comme Terne, Barre-à-Mine, Mauvaise Pioche, etc.), l’auteur n’hésite pas à aborder des thèmes graves : l’esclavage, la tyrannie, les massacres d’innocents, les addictions aussi avec un personnage alcoolique. On ne fait pas que rire, et l’émotion n’est pas absente du roman dans les ruines de Caravane ni dans les souvenirs d’enfance de Caboche.
A noter les clins d’œil comme « Acquisition de la cible, élimination en cours » ! Les Daleks et les jeux vidéo de batailles spatiales ne sont pas loin…
Le tome deux est sorti depuis peu, intitulé les Feux de Mortifice. Si je veux savoir la suite, hein, je sais ce qu’il me reste à faire.

Le petit plus du livre :
Le glossaire en fin de volume qui donne le vocabulaire spécifique du roman, et le plan d’un brick-goélette histoire de réviser les noms des mâts et des voiles… (c’est quand même moins compliqué que les aventures d’Horatio Hornblower…)
N’hésitez pas à vous rendre sur le site internet http://escroc-griffe.com/pour des goodies sympathiques, en particulier les illustrations de Céline Lacomblez qui, à mes yeux, illustrent parfaitement l’univers du roman.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos commentaires :