Rechercher dans ce blog

lundi 5 septembre 2016

Aventuriales : flash sur les auteurs 3 : Mathias Moucha !


En ce lundi, un jeune auteur dont j'ai eu le plaisir de lire le premier roman, Seuls, sorti dans la collection Snark, et dont j'ai chroniqué la novella 60 minutes, ici : 60 minutes, sur l'Oeil.

Une ch'tite bio ?


Après des études de cinéma, j'ai été caméraman pendant quelques années tout en écrivant des scénarios. Reconverti dans l’informatique, je travaille depuis plus de dix ans dans le domaine aérospatial. J'ai publié deux romans et plusieurs nouvelles.




Quel(s) ouvrage(s) proposeras-tu aux Aventuriales ?



« Seuls », thriller fantastique publié aux éditions Bragelonne (2014) ;

« La Guerre des deux lunes, tome I : Les Gardiens de la République », fantasy antique publiée aux éditions de l'Archipel (2016).



Des thèmes de prédilection ?



Non, pas vraiment. Le plus important pour moi, c'est le rythme, l'accroche du lecteur. Un livre doit attraper son lecteur et ne plus jamais le lâcher (ce qui n'empêche pas de souffler parfois, bien sûr, mais jamais trop longtemps).



Première fois en Auvergne ?



Eh bien... oui. C'est l'un des derniers endroits en France que je ne connais pas. Pas pour longtemps !



Si tu étais un artiste du passé (écrivain ou autre), tu serais…



Un seul ? Bon, disons Alfred Hitchcock alors.



Si tu étais un film…



Un seul ? Beaucoup de bruit pour rien, de Kenneth Branagh.



Si tu étais un personnage historique…



Un seul ? Hannibal, le général punique.



Et si tu étais un animal…



Hum, ça ne me tenterait pas particulièrement. Je passe et reprends un personnage historique bonus pour la peine : Scipion l'Africain, le Romain qui a vaincu Hannibal. Pis tant que j'y suis, un film bonus : Glory, d'Edward Zwick, Pis comme je suis un rebelle, je me remets un artiste super-bonus : John Williams (qui est davantage du passé que du futur, hélas). Voilà !

Merci à toi et à très bientôt à ta table de dédicaces ! 

 A demain, pour une nouvelle mini-interview !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos commentaires :